Dépression

Comment lutter contre la dépression

 

 

Lutter contre la dépression

 

Des chiffres impressionnants

 

La dépression est une maladie très répandue. L’OMS estime que près d’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. D’après le Lancet (Lancet, vol. 380, n° 9859,‎ 2010, p. 2163–2196), en 2010 environ 298 millions d’individus dans le monde auraient souffert de dépression, soit 4,3 % de la population mondiale.

 

D’après l’INSERM, les données de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé indiquent qu’en 2010, 7,5 % des 15-85 ans avaient vécu un épisode dépressif caractérisé au cours des 12 derniers mois, avec une prévalence deux fois plus importante chez les femmes que chez les hommes. Les chiffres varient par tranche d’âge :  6,4 % chez les 15-19 ans, 10,1 % chez les 20-34 ans, 9 % chez les 35-54 ans et 4,4 % entre 55 et 85 ans. Chez les hommes, la prévalence est maximale entre 45 et 54 ans (10,3 %). La dépression ne concerne pas que les adultes. La prévalence des troubles dépressifs est estimée à entre 2,1 à 3,4 % chez l’enfant et à 14 % chez l’adolescent. Chez ces jeunes patients, le diagnostic est plus difficile à réaliser que chez l’adulte : les manifestations de la dépression varient en effet en fonction du stade de développement, qui modifie les capacités d’introspection et de communication.

 

D’après François Beck et Romain Guignard (La dépression en France : évolution de la prévalence, du recours au soin et du sentiment d’information de la population par rapport à 2005, La Santé de l’homme, n° 421,‎ 2012), chaque année la dépression frappe en France 3 millions de personnes de 15 à 75 ans, soit 8 % de la population. Deux fois plus de femmes que d’hommes sont affectées et un cas sur deux n’est pas soigné. Ces chiffres progressent à mesure qu’évoluent la précarité et le vieillissement dans la population.

 

 

psychologue lutte contre la dépression

 

Les signes de la dépression

 

D’après le DSM5, la dépression se caractérise par :

 

A/ Au moins 5 des symptômes suivants ont été présents durant la même période de deux semaines et représentent un changement par rapport au fonctionnement précédent : au moins un de ces symptômes est soit (1) une humeur dépressive, soit (2) une perte d’intérêt ou de plaisir.
 Remarque : Ne pas inclure les symptômes qui sont clairement attribuables à une autre condition médicale.

 

  • 1 Humeur dépressive présente la plus grande partie de la journée, presque tous les jours, comme signalée par la personne (p. ex., se sent triste, vide, désespérée) ou observée par les autres (p. ex., pleure). (Remarque : Chez les enfants et les adolescents, peut-être une humeur irritable.)
  • 2 Diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir pour toutes, ou presque toutes, les activités, la plus grande partie de la journée, presque tous les jours (signalée par la personne ou observée par les autres).
  • 3 Perte de poids significative en l’absence de régime ou gain de poids (par ex., changement de poids excédant 5 % en un mois), ou diminution ou augmentation de l’appétit presque tous les jours. (Remarque : chez les enfants, prendre en compte l’absence de l’augmentation de poids attendue.)
  • 4 Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours.
  • 5 Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours (observable par les autres, non limités à un sentiment subjectif de fébrilité ou de ralentissement intérieur).
  • 6 Fatigue ou perte d’énergie presque tous les jours.
  • 7 Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peut être délirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou se sentir coupable d’être malade).
  • 8 Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée par la personne ou observée par les autres).
  • 9 Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider.

B/ Les symptômes entraînent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

L’épisode n’est pas imputable aux effets physiologiques d’une substance ou d’une autre affection médicale.

 

Que faire face à la dépression ?

 

Il est conseillé de vous rendre chez votre médecin traitant. S’il diagnostique une dépression, il est probable qu’il vous prescrive des médicaments antidépresseurs. D’une façon générale, il est conseillé d’associer une psychothérapie au traitement médicamenteux. Dans les formes légère à modérée de la dépression, la psychothérapie peut être aussi efficace que le traitement chimique seul.

 

 

qu'est ce que la dépression

 

 

Les dépressions non soignées

 

Il est probable que seulement la moitié des personnes présentant des symptômes dépressifs demandent de l’aide auprès d’un professionnel de santé. C’est dommage, car l’on sait qu’il est préjudiciable pour les personnes de rester sans soins appropriés et que les récidives d’épisode sont plus fréquentes lorsqu’il n’y a pas de soins adaptés d’engagés.

 

Différentes formes de psychothérapies dont la TCC de la dépression et la MBCT ont prouvé leur efficacité afin de soigner la maladie et de lutter contre sa récidive.

 

 

Comment vais-je vous aider ?

 

Je vous proposerai une TCC car d’après les dernières recherches elle est au moins aussi efficace que les médicaments. Nous évaluerons ensemble l’intensité de votre dépression puis nous travaillerons sur vos pensées, biaisées par la maladie. Nous ferons le point sur ce que vous renforcez de négatif et ce que vous banalisez ou minimisez de positif. C’est l’aspect cognitif de la thérapie. D’autres aspects plus comportementaux seront également proposés. Pour cela, nous partirons toujours de votre quotidien.

 

 

 

 

Une interview passionnante du Psy Lab du professeur Fossati sur ses travaux sur la ketamine dans la prise en charge médicale et expérimentale de la dépression.

 

 

Liens amis

 

La dépression, les pistes thérapeutiques et l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière. Il y a une vidéo interessante dans cet article.

 

Un site d’information sur la dépression

 

Un autre site avec des infos intéressantes 

 

Un article de l’INSERM sur la dépression

 

Une interview du professeur Philippe Fossati sur la dépression, sa prise en charge médicale et l’espoir qui réside en une nouvelle indication de la ketamine. Attention, nous parlons bien ici de traitement expérimental, c’est à dire de recherche. Aujourd’hui aucun médecin en libéral ne vous prescrira de la ketamine si vous êtes dépressif…

 

Bibliographie

 

 

Pour les patients

 

couverture livre Charly Cungi

Un bon livre de Charly Cungi et Ivan-Druon Note avec dedans des exercices comme on en propose aux patients qui font une TCC. Ce genre de livre est l’occasion de tester si l’on accroche ou pas avec l’approche TCC.

 

 

couverture livre la dépression comment en sortir Christine Mirabel Sarron

Un bon livre avec dedans des exercices de TCC.

 

 

couverture livre Alain Ehrenberg

Un ouvrage de sociologue sur la dépression. Le contenu est dense et intéressant. C’est un essai, ce n’est pas un “self help book”. Son but n’est pas d’aider comme les livres cités plus haut…

 

 

Pour les thérapeutes

 

couverture livre Christine Mirabel Sarron

Un ouvrage de référence sur le traitement de la dépression suivant l’approche TCC

Catégorie
Troubles